REALISATION DU CONTOURNEMENT SUD-EST : UN ESPOIR TENU !!!

Publié le par ENPA (Ensenble pour un Nouveau Pont sur l'Allier)

Le 07 mars 2019, la délégation du collectif a été reçue au Conseil départemental par JY Gouttebel.

 
Etaient présents :
Conseil départemental :
JY Gouttebel, président,
Olivier Chambon, vice-pdt chargé des routes, des transports et de la mobilité,
Jean Salesse, directeur de cabinet,
Michel Miolane, DGS,
Daniel Petitjean, ingénieur chef de projet
 
Délégation du collectif
Bertrand Pasciuto, maire et conseiller départemental de Cournon d'Auvergne,
Hervé Prononce, maire du Cendre,
Jean PIerre Buche, maire de Pérignat sur Allier,
Jocelyne Glace-Legars, conseillière départementale de Billom,
Chantal Fontfreyde, Pdte de DEVIATION DE PERIGNAT
Didier Dutilleul, vice-pdt de ENPA
Dominique Gandoin, pdt de ENPA
 
En introduction, JY Gouttebel a confirmé la demande de Mme la préfète de rechercher une alternative techniquement et juridiquement acceptable, en substitution du tracé B1 refusé par la DRAC, pour lancer l'enquête préalable à la déclaration d'utilité publique.
 
Le président a regretté le  pouvoir exorbitant de cette administration dont l'avis est incontournable, ses services ayant pu en juger sur d'autres dossiers. Il a demandé à la représentante de l'Etat quelle zone exclure et sur quelle zone ses services devraient travailler, il n'a obtenu aucune réponse.
 
Le chef de projet Daniel Petitjean  et le DGS Michel Miolane ont justifié leur choix de l'option B1 par le fait que le contexte pour franchir l'Allier à l'endroit choisi est très contraignant pour diverses raisons :
- présence des puits de captage du SIVOM d'Issoire protégés par arrêté,
- présence de la voie ferrée avec une contrainte très forte de faisceau pour passer,
- présence de la zone archéologique de Gondole.
-  zone Natura 2000 et Ecopole.
 
Au début du projet, il leur a semblé, qu'il était possible de discuter avec la DRAC pour faire valider le tracé B1. En effet, à l'époque l'avis de la DRAC était défavorable mais ne constituait pas en l'état des textes en vigueur un obstacle à l'ouverture de l'enquête publique. Dans ce but, ils avaient proposé des fouilles préventives qui ont été refusées alors que celles pour le "barreau RD8 / RD52" ont pu être réalisées. Depuis, l'avis de la DRAC est incontournable et au fil du temps cette administration a profité d'un effet d'aubaine lié à de nouvelles lois pour  étendre le périmètre de protection, la dernière extension datant de 2016.
 
Par ailleurs, les ingénieurs ont souligné que ces études ont été réalisées en liaison avec les autres services de l'Etat (DDT et DREAL) qui n'ont fait aucune objection sur le trajet B1 retenu par le département.
 
Pour le présent, JY Gouttebel a redit son intention de poursuivre ce projet. Il proposera à Mme la préfète  l'organisation d'une table ronde impliquant tous les protagonistes du dossier (DRAC, DREAL, DDT, Sivom d'Issoire, etc) afin de définir le meilleur faisceau pour franchir l'Allier en tenant compte des variantes B.
 
Nota : nous lui avons fait remarquer que l'ENPA demande en vain depuis plus de 10 ans cette table ronde.
 
Pour les options techniques (modèle du pont, etc.) il n'est fermé à aucune proposition. Désormais, il estime ce projet à environ 50 M d'euros. Il souhaite obtenir un cofinancement de Clermont Auvergne Métropole.
 
La question a été posée  de savoir de combien de mois le projet serait repoussé si un accord sur le trajet intervenait prochainement entre les parties. Il a été répondu que les études en cours étaient valides. En conséquence, une quinzaine de mois seraient nécessaires pour une mise à jour du dossier.
 
Le président s'est engagé à nous informer des suites données à cet entretien.
 
En aparté, suite à notre constat sur l'état actuel du pont de Cournon (dégradation, vétusté, normes de sécurité non respectées) qui a justifié un courrier aux pouvoirs publics, le Président Gouttebel a dit que ce sujet était traité par ces services qui ont fait réaliser les études nécessaires. Le début de la restauration dépendrait d'un accord de Clermont Auvergne Métropole qui est saisie depuis 2016.
 
Egalement, Bertrand Pasciuto a informé  JY Gouttebel que l'aménagement de la place Gardet, avec ses conséquences sur la circulation de transit, n'attendra pas au delà de 2019.

En conclusion de cet entretien avec le Président du Conseil départemental, le sentiment de la délégation  est marqué par le scepticisme. Néanmoins, nous conservons un espoir tenu teinté d'un optimisme mesuré. Notre motivation reste intacte pour faire aboutir ce projet vital pour notre département.

Signez la pétition sur le site Change.org (recherche par mot clé Cournon)

 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article